Recueillir les paroles d'une horreur passée est une chose difficile. Au fil des ans, c'est comme porter l'histoire des autres.

Lucien Barou, ancien linguiste ligérien a rencontré entre 1974 et 2005 plus de cent soixante poilus, principalement dans le département de la Loire et des monts du Forez.

Ce qui était au départ pour lui un simple travail de collecte sonore afin de soutenir une thèse linguistique, est devenu une sorte d'obsession. Un travail de mémoire.

Il a recueilli les témoignages de ces hommes, leurs vécus de la grande guerre.

Un trésor sonore enregistré à l'aide d'un magnétophone à bande, de plus de quatre cent heures d'enregistrements.

On a rencontré Lucien.

Il nous a fait écouté ses bandes. Ces voix rauques, ces souffles chauds, ces grésillement distordus.

Cette matière magnétique sortie de son magnétophone, a été le point de départ pour confondre un certain passé.

Une envie d'écouter les sons immédiats. Imparfaits. Fabriquer un essai radiophonique parfois heurté, ou les fragments résonnent, s'entrecoupent au delà de la chronologie historique.

Un passé, raconté au présent, que porte encore aujourd'hui Lucien.

 

Une création radiophonique de : Marc-Antoine Granier

Réalisation : Lionel Quantin

Musique et création sonore : Lorette Zitouni et M_A Granier

1er diffusion : 1er juin 2016 (France Culture)

Guerre de 1914 : fragment magnétique

(2016)

​​